Rencontrez les Wurtele!

Rencontrez les Wurtele, un couple pas comme les autres !

Les championnats du monde IRONMAN se tiendront à Kona le samedi 8 octobre. Alors que les athlètes font leur arrivée sur la grande île d’Hawaii pour se préparer à la plus importante course de l’année, nous entrons en mode championnat. 

Les Wurtele

Team Wurtele est composée de Heather et Trevor Wurtele. Les deux sont parmi les meilleurs triathlètes de longue distance et sont multiples champions IRONMAN.

Les Wurtele sont un couple de triathlon unique. Ils ne se sont pas rencontrés en faisant des triathlons ; ils ont découvert ce sport ensemble et le font maintenant pour gagner leur vie. Surtout, ils gardent les pieds sur terre et c’est pour cela que nous les aimons.

Prenez quelques minutes pour lire la dernière publication sur le blogue de Heather. Ce n’est pas un discours d’inspiration ordinaire : Heather décrit la motivation comme personne.

Rencontrez les Wurtele, visitez leur site Web et souhaitez-leur la meilleure des chances pour leur prochaine course.

Défi, compétition, focus, confiance et optimisme

Si tout comme moi vous êtes un brin sarcastique et cynique, les mots listés dans le titre de ce blogue auront sûrement provoqué un léger haut-le-cœur, mais si au fond de vous se trouve un tendre qui aime les messages motivationnels, alors ce billet est pour vous !

Après le 70.3 à Oceanside cette année, on m’a demandé de donner une conférence à un groupe de jeunes filles du secondaire qui faisaient partie d’une équipe de soccer de haut niveau, car leurs entraîneurs pensaient qu’elles auraient besoin d’un peu de motivation pour passer au travers de leur saison morte. Les filles d’âge secondaire m’effraient, tout comme parler en public, mais j’ai canalisé mon énergie d’après course dans la préparation de quelques conseils à leur partager. Au final, ces jeunes filles étaient super et très intéressées, et leurs commentaires m’ont fait réaliser que les points que j’avais partagé avec elles seraient sans doute utiles à un plus grand nombre. Par exemple l’incroyable auditoire international de notre blogue Team Wurtele !

Blagues à part, le contexte de la conférence était sur comment rester motivé pour continuer à travailler vers un but ou objectif. Voici le discours que je leur ai offert :

La principale chose que je voudrais accentuer dans tout ce que je vous dirai aujourd’hui c’est que plus vous vous investissez dans la vie, plus vous en retirerez, et selon moi, la meilleure façon de le faire, c’est d’accueillir les défis et la compétition, d’apprendre à maintenir votre focus et rester optimiste, et de toujours croire en vous.

Travailler fort pour atteindre un but est difficile. Je suis certaine qu’il vous est arrivé de penser « Sérieusement ? Une autre pratique ? Je voulais aller au centre d’achat, ça serait bien plus amusant. » Et ce serait peut-être le cas. Mais je vous garantis que ce type de plaisir est de courte durée. Vous appliquer à quelque chose d’ardu qui vous pousse à devenir meilleure mène pratiquement tout le temps aux expériences les plus enrichissantes de votre vie.

 J’ai étudié pendant de nombreuses années, obtenu ma maîtrise et débuté un doctorat en physiologie des plantes et génétique moléculaire, mais j’ai fait face à une période après l’université où je ne voulais plus rien entendre, j’en avais assez de toujours ‘travailler si fort’. J’ai donc pris un emploi à temps partiel dans la section santé et beauté d’un magasin d’alimentation – rien comme un diplôme d’études supérieures pour te qualifier à vendre du shampoing naturel ! Je pensais que ce serait parfait : travail sans stress, interactions faciles avec les gens, plus de temps pour m’entraîner au triathlon… Mais cela a eu l’effet inverse, mon univers s’est refermé sur moi et j’en ai même perdu ma motivation pour l’entraînement. Mais après avoir obtenu un poste de recherche qui me mettait au défi, dans le domaine dans lequel j’avais investi tant de mon temps, alors tout dans ma vie s’est amélioré.

Contrairement à la croyance populaire, les meilleurs moments de notre vie ne sont pas ceux passés à relaxer (bien que cela peut aussi être plaisant de temps à autres, particulièrement si vous avez dû travailler fort pour les obtenir), mais bien lorsque notre esprit ou corps est poussé à ses limites dans un effort concerté afin d’accomplir quelque chose de difficile et d’intérêt. L’expérience ultime est celle où l’on FAIT arriver quelque chose. 

Pour moi, remporter des courses est un sentiment incroyable parce qu’il reflète l’accumulation d’énorme dévouement et travail acharné.

Morale de l’histoire, c’est lorsque l’on choisit un objectif et qu’on repousse nos limites pour l’atteindre que ce nous faisons devient agréable. Et après avoir goûté à la satisfaction d’un but atteint, vous redoublerez d’efforts pour y goûter encore et encore, et voilà, c’est ce qu’on appelle la croissance personnelle ! 

Heather Wurtele

Heureusement pour vous, cette équipe de soccer représente probablement l’un des meilleurs environnements possibles pour votre croissance.

Le mot ‘compétition’ tire sa racine du latin ‘con petire’ qui veut dire ‘rechercher ensemble’. Ce que chaque individu recherche est de remplir son plein potentiel, et cette tâche est rendue plus facile lorsque les autres nous poussent à faire de notre mieux. Alors, en relevant le défi de faire partie d’une équipe comme celle-ci et de travailler fort pour peut-être obtenir une bourse d’études, vous deviendrez la meilleure version de vous-même, non seulement en sport, mais dans la vie.

Bien entendu, avec l’esprit de compétition vient le désir de gagner, mais celui-ci est un peu plus coriace à cerner. Je suis certaine qu’il vous est arrivé dans une partie de vraiment vouloir gagner, et que plus vous le vouliez, moins les choses allaient dans ce sens. Gagner est l’une de ces choses qui ne peut pas être forcée. Un peu comme le bonheur. Vous pouvez penser que tout ce que vous voulez c’est être heureux, mais ce n’est pas une fin en soi. C’est un effet secondaire du dévouement individuel à un effort d’intérêt, que ce soit en sport, à l’école, au travail, dans nos relations, etc.

Mais je m’égare ! Ce dont je voulais vous parler c’est du focus et des victoires. Pour moi, la meilleure stratégie est de concentrer mon attention sur le processus et être entièrement dans le moment présent plutôt que de m’inquiéter du résultat. Si vous pensez « merde, on perd par 1, et on doit vraiment gagner » et que vous demeurez complètement englouties par cette idée, vous ne serez alors pas dans le moment présent et vous risquez de manquer une passe et vous nuire au bout du compte.

Dans les courses, je ne peux pas contrôler ce que les autres font, ou la température, ou la difficulté du parcours. Ce que je peux contrôler, par contre, est mon attention et mon effort à chaque moment de la course.

Je sais que ce moment dans vos vies peut être stressant, avoir à vous préoccuper du soccer, obtenir des bonnes notes à l’école, qui dit quoi sur Twitter, et parfois le désir d’atteindre un but peut devenir paralysant. Parfois, ma préparation pour une course prend une telle ampleur que j’ai l’impression de perdre l’esprit, mais c’est dans ces moments que je dois rester présente dans le moment. Plus de bonnes brasses dans la piscine, plus attentive sur le terrain de soccer, ouvrir le volume de chimie pour prendre quelques notes plutôt que de se laisser emporter par l’anxiété d’avoir à tout faire. Les résultats viendront.

Ce qui m’amène à un autre point important : la confiance. Et pour croire, il vous faudra de l’optimisme.

Une étude intéressante a été faite auprès de nageurs d’élite à l’Université de l’Arizona. Les nageurs ont rempli un questionnaire exhaustif pour déterminer leur ‘style auto-explicatif’ – grosso modo si leur dialogue interne était plutôt positif ou négatif – et de là ils ont été catégorisés soit optimistes ou pessimistes. Ils ont ensuite nagé un contre-la-montre dans leur spécialité, après lequel l’entraîneur leur a remis un résultat plus lent que ce qu’ils avaient enregistré en réalité. On leur a ensuite demandé de nager la même discipline de nouveau.

Généralement, les nageurs qui avaient été identifiés comme pessimistes ont nagé plus lentement, alors que les optimistes ont poussé et obtenu des temps plus rapides, parfois atteignant même de nouveaux records personnels ! Il est intéressant de voir que leur performance pouvait être influencée de cette façon par leur dialogue interne. Se dire « je suis un échec » comme si l’échec faisait partie intégrante de qui vous êtes est absolument ridicule et contreproductif. Se dire « ok, j’ai manqué celui-ci, mais je sais que je peux faire mieux » et donner votre effort maximal est ce qui vous mènera à accomplir de grandes choses !

Des études similaires ont été faites auprès d’étudiants lors d’examens d’admission. Les pessimistes ont généralement obtenu des résultats plus faibles que ceux prédits selon leurs résultats précédents, alors que les optimistes avec des résultats précédents similaires se sont illustrés et obtenu de meilleures marques. Ce que vous vous dites, et comment vous le dites, est important !

C’est ce qui mène à trois prédictions en sports. 1- si tout le reste est égal, l’individu avec un style auto-explicatif positif l’emportera, principalement parce que l’effort sera plus marqué après une défaite ou un défi de taille ; 2- c’est aussi vrai pour les équipes, particulièrement si elles jouent sous pression ; et 3- (la plus excitante !) si vous performez déjà à un haut niveau et changez votre dialogue interne de pessimiste à optimiste, alors vos performances s’amélioreront aussi !

Dans mon cas, j’ai toujours été bonne en triathlon, mais je ne suis devenue une athlète de classe mondiale que lorsque j’ai commencé à être plus positive, et à croire en moi-même.

Une grande partie de cette confiance est venue avec l’image corporelle. Je suis très grande et la majorité des triathlètes ne me ressemblent en aucun point ! Je les appelais même des ‘forts petits lutins sculptés’. Mon discours interne confirmait le traditionnel ‘elle est trop grande pour courir rapidement’, et ceci influençait ma confiance et mes performances. Mais avec le temps, beaucoup d’entraînement et de travail acharné, un entraîneur fantastique et l’attitude positive de ceux qui m’entourent, j’ai finalement réalisé que ce n’était pas l’allure de mon corps qui importait mais ce que je pouvais faire avec !

La leçon dans tout cela est de ne pas laisser ce que les autres disent ou ‘celles qui vous ressemblent’ mouler vos croyances de ce que vous pouvez accomplir. Plus important encore, ne laissez pas votre dialogue interne vous limiter. Soyez conscientes de la façon dont vous vous parlez, parce que positif ou négatif, cela peut changer ce que vous accomplirez. Je peux vous garantir que votre vie ne sera pas définie par qui vous êtes à l’école secondaire !

Rappelez-vous que plus vous vous investissez dans votre vie, plus vous en retirerez. Croyez en vous et restez optimistes. Accueillez les défis et la compétition à bras ouverts. Cela vous mènera à des expériences inoubliables !

Retour à la liste