La meilleure expérience cyclocross

Par Geoff Kabush

Qu’est-ce qui rend le cyclocross si spécial ? J’aime que ça m’empêche de me laisser aller pendant l’automne et l’hiver. J’aime que ce soit un peu fou de rouler sous la pluie et dans la boue sur de petits pneus étroits. J’aime la sensation de repousser les limites et de les dépasser sur un vélo. Mais par-dessus tout, j’aime la culture et la communauté qui vont de pair avec la saison de cyclocross. J’ai toujours eu des amis qui font des courses de vélo de montagne ou de vélo de route, et la saison de cyclocross d’automne permet à tout ce monde de se retrouver réunis dans un même événement. La course demeure intense mais tout le monde s’amuse et l’atmosphère est amicale. 

 Geoff Kabush

J’ai certainement de bons souvenirs d’être sorti vainqueur à de grands événements comme le Grand Prix des États-Unis, de gagner une classique comme Gloucester, ou d’avoir remporté plusieurs titres canadiens. Mais les sensations que procurent ces courses boueuses sont presque plus spéciales que ces victoires. Être aux limites mais en contrôle, déraper, se prendre dans des ornières et traverser à toute vitesse des sections en dévers glissantes. Un peu comme la sensation de sauter par-dessus un gros obstacle en vélo de montagne, maintenir vitesse et traction sur un vélo de cyclocross procure une certaine montée d’adrénaline. Le son des nettoyeurs haute pression, le tintement des cloches de vaches, l’odeur du baume musculaire et le souvenir de s’élancer sur une première ligne droite suite au coup de départ avant de prendre un premier virage dans la boue, tout ça fait battre mon cœur.

Mon amour de la bière belge est bien connu et le plaisir de se retrouver entre amis après une course de cyclocross demeure l’une de mes expériences préférées. Certains n’attendent même pas que la course soit terminée pour contribuer au passe-temps amusant de huer amicalement les amis aux courses. J’aimais tellement huer mes amis que je me suis déjà rendu à un championnat national à Portland spécialement pour ça; il est possible que j’aie fait une apparition mémorable dans un documentaire sur le cyclocross… Le cyclocross marque généralement la fin de ma saison, c’est pourquoi je suis plus détendu et je peux plus facilement apprécier un verre de plus et quelques bonnes frites.

 Geoff Kabush

J’ai seulement eu la chance de compétitionner à un Championnat du monde, pour l'instant, et ce dont je me souviens de l’expérience concerne surtout l’après-course. C’était très amusant de voir tous les Européens socialiser et faire la fête… même si je n’ai pas réussi à convaincre le champion Sven Nys de se lancer dans un « crowdsurf » à partir du balcon. Suite à des inondations, les Championnats du monde de Louisville ont dû être devancés d’une journée, alors le dimanche, on a loué une patinoire de hockey et avons tant bien que mal réussi à amasser assez de bâtons. Le match de hockey « Canada contre le monde » est un super souvenir et a été pour tous ceux qui y étaient la fin parfaite à une fin de semaine et une saison intenses. Je ne me souviens pas de tous les détails mais j’ai bûché et j’ai fini vingt-quelquième aux Championnats du monde. Par contre, je me souviens exactement du résultat du match de hockey – le Canada a gagné !

Retour à la liste